Article | Les déchets… une fatalité ?

“To be isn’t to have”

Posted by AEAD on 2018-03-12

Les déchets… une fatalité ?

To be isn’t to have”. Pourtant, il semblerait que c’est exactement ce que notre société de consommation cherche à nous faire croire. Elle crée incessamment de nouveaux besoins, à travers une logique de renouveau industriel rapide (l’obsolescence programmée ou fonctionnelle), à travers la publicité (en les stimulant et entretenant constamment) … pour faire encore et toujours plus de profit. Enseveli sous la coupe du consumérisme, nos besoins authentiques laissent la place à des besoins artificiels, souvent inutiles. L’achat d’une marchandise remplit rarement un vrai manque. Il procure une satisfaction momentanée ; puis le désir que la marchandise avait elle-même créé se redéploye vers une autre vitrine.

En plus de cela, ces besoins, réels ou supposés, sont pour la plupart du temps écologiquement irréalistes sur le long terme. Le consumérisme ambiant ne peut perdurer, car il accroît en permanence les flux de matières premières et la consommation d’énergie. Bien que nous sommes nombreux et nombreuses à en avoir conscience et à dénoncer ce système, est-ce que nous ne nous en rendons pas complices, en l’alimentant de notre argent, en ne changeant pas nos propres modes de vie ? En tant que consommateur, il devient plus urgent que jamais de réfléchir à notre part de responsabilité et à notre part d’action. Nous avons tendance à oublier que tous les jours, nous allons voter. Un achat est un vote, un investissement.

En achetant tel produit, que voulons-nous réellement acquérir, qu’allons-nous utiliser ? Le contenu, pas le conteneur. Et pourtant, nous payons et nous nous retrouvons avec les deux. Un aliment et un déchet. C’est ainsi que nous consommons par moment plus d’emballage que d’aliment. C’est non seulement notre argent, qu’on jette aux poubelles, mais cette planète avec. Et enfin, on paye encore pour qu’on nous débarrasse de notre propre gaspillage. Le tout en épuisant les ressources de la terre et en alimentant le huitième continent. La classe.

Est-ce que vous saviez que chaque année, environ 550 kg de déchets, tout type de déchets confondus, sont collectés en Région Wallonne par habitant ? Et saviez-vous qu’en Belgique, toujours par habitant, 28 kg de verre, 14 kg de PMC et 57 kg de papier-carton, dont 16 kg d’emballages, en moyenne, sont collectés tous les ans ?

Il est temps de réaliser l’absurdité gigantesque que constituent ces simples gestes d’achats, tellement ancrés en nous qu’on ne les remet plus en question. En plus, les alternatives existent ! Olaaaa, je vous entends déjà d’ici « Vivre zéro-déchet, c’est cher », « Mais je trouve où des magasins zéro-déchet ? », « Ouais, mais moi je n’ai pas le temps, j’ai aquaponey ! », « Mais moi, je trie déjà mes déchets hein, c’est bon ! ».

L’AEAD est là pour vous simplifier la tâche. Nous vous avons concocté une petite liste de magasins zéro-déchet dans notre belle ville qu’est Bruxelles, où vous pouvez acheter vos féculents (pâtes, riz, blé, etc.), vos fruits et légumes bien souvent bio, vos produits laitiers, vos viandes et poissons et même parfois, vos produits ménagers ou cosmétiques (maquillage, dentifrice, savon, etc.).

Un magasin zéro-déchet, c’est quoi finalement ? Il s’agit principalement de magasins où tous les achats se font en vrac, sans emballage, principalement ciblés sur la nourriture. Cependant, certains de ces magasins vendent également des ustensiles pour faciliter le mode de vie zéro-déchet, comme des récipients réutilisables, des pailles en inox, des gourdes, des sacs réutilisables, des mouchoirs en tissu, et autres petits « trucs » pour vous rendre la facile !

Ixelles :

- Bio Shanti : Avenue Adolphe Buyl, 70, 1050 Ixelles. Vrac et Bio, à prix relativement démocratique

- Färm : Chaussée d’Ixelles, 136, 1050 Ixelles. Vrac et Bio, en coopérative, produits belges de ferme

- La Grainerie : Rue de Tenbosh, 112, 1050 Ixelles. Vrac et bio, spécialisé dans les superaliments et les produits secs

Etterbeek :

- The Barn | Bio Market : Place Saint-Pierre, 38, 1040 Etterbeek. Marché couvert permanent bio. Prix accessible à tous

Uccle :

- Sequoia : Chaussée de Saint-Job, 532, 1180 Uccle. Bio, nature et vrac, mais vend également d’autres produits emballés bio

Bruxelles-Ville :

- Chyl : Rue de Belle-Vue, 62, 1000 Bruxelles. Vrac en grande quantité, beaucoup de choix

- Marché bio de l’Atelier des Tanneurs : Rue des tanneurs, 60, 1000 Bruxelles. Vrac et bio, marché frais

- Almata : Rue d’Albanie, 80, 1000 Bruxelles. Achat local, bio, vrac et circuits courts

Saint-Gilles :

- Super Monkey : Rue des Tamines, 18, 1000 Bruxelles. Vrac, Bio, Ustensile zéro-déchet, bocaux en verre, etc. Dégustation, voir date sur leur page Facebook

- Day by Day : Avenue Paul Dejear, 29, 1000 Bruxelles. Vrac, grand choix et vente de vêtements et d’ustensiles, voir date sur leur page Facebook

Schaerbeek :

- Bees Coop : Rue van Hove, 19, 1030 Schaerbeek. Vrac et Bio. Coopérative beaucoup moins chère par rapport à des magasins bio, contre 3h de travail par mois

Dans de nombreuses communes :

- De nombreux marchés en vrac, dont ceux du système de « Ruche qui dit oui » : coopératives de petits producteurs belges qui s’allient pour vendre deux fois par mois dans chaque commune. Vous pourrez y trouver entre autres des produits laitiers, des bières belges, et même des produits chocolatiers !

Petit mot de la fin ! Le zéro déchet ne se limite pas qu’aux achats, mais aussi à la consommation ; ça vous est par exemple déjà arrivé de penser à la courte vie que vous offrez aux bols en plastique au Campouce, et à la possibilité d’amener vos propres tupperwares, votre propre fourchette ? Ce sont de nouveaux réflexes à prendre – et finalement, vous allez peut-être vous rendre compte que vous vivez davantage en accord avec vos vraies valeurs !

En espérant vous avoir fait découvrir des petites merveilles & attisé votre curiosité !

Lara Servais & Augusta Lindberg

Pour le comité AEAD